Cet article a été publiée pour la première fois lors de notre campagne de financement participatif. Comme promis je vous propose cette fois de découvrir le logo, la recherche créative, le délire de l’artiste.

Ce que l’on voit en premier quand on arrive c’est le logo. Rond et coloré, il apparaît gai et innocent. Pourtant, il cache bien des secrets.
Pour vous, j’ai mené une petite enquête qui nous emmènera du cerveau de l’artiste aux origines de la vie.

Si ça c’est pas du teasing.

Après des jours et des jours d’enquêtes, de recherches internet en rencontres secrètes dans des parkings, j’ai reçu un email de Vincent*, artiste illustrateur et créateur de ce logo. Il a accepté de répondre à quelques questions.

Interview

Le Lieu Commun : Bonjour Vincent, est-ce que tu peux te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?
Vincent : Bonjour je m’appelle Vincent.

LLC : Merci… Tu as créé le logo « Le Lieu Commun ». Est-ce que tu peux nous expliquer ce qui t’as pris ce jour là ?
V. : À mon sens, représenter le lieu de travail n’était pas utile : « Le lieu commun » suggérant déjà un espace physique, sa représentation graphique aurait été redondante.
Je trouvais plus intéressant de mettre en avant l’essence du lieu : les échanges, les collaborations, l’ouverture et la circulation des idées. Le Lieu Commun est plus qu’un simple bureau où l’on vient travailler. Nous souhaitons sortir les travailleurs indépendants de leur isolement et créer une communauté qui sera source d’émulation.

LLC : J’entends bien, mais cela n’explique pas pourquoi avoir choisi une cacahuète.
V. : Tu as l’esprit taquin, mon jeune ami. Cela n’a rien à voir : au fil de lectures sur les Internettes, je suis tombé par hasard sur un article traitant des paramécies, des organismes unicellulaires d’eau douce.

LLC : Ça arrive à tout le monde, moi je suis tombé sur un article qui parlait des 127 façons d’utiliser les zestes de courgettes.
V. : Ah toi aussi, j’ai adoré cet article !
[ Nous commençons à échanger sur nos recettes préférées… ]
Bref, figure-toi que le comportement des paramécies est similaire à ce que nous souhaitons faire du Lieu Commun : autonomes, elles ont besoin des échanges avec le milieu extérieur pour survivre. Et elles s’associent parfois entre elles pour former des colonies.

 

Des paramécies joyeuses et colorées
Des paramécies organisent une petite soirée pour fêter leur collaboration avec Vincent

LLC : Ce que tu es en train de sous-entendre c’est que le logo n’a rien à voir avec l’apéritif ?
V. : C’est ça… je souhaitais que le logo transmette une impression de douceur et d’accueil bienveillant. Il fallait qu’il crie « BIENVENUE ».

La forme principale reprend la structure d’une paramécie. Son contour tricolore est composé de l’entrelacement des initiales de « Le Lieu Commun » et souligne les échanges et collaborations qui auront lieu dans ce Coworking.

Cette réflexion ne sautera pas aux yeux des personnes voyant le logo, mais elle restera intrinsèque. Tout comme les valeurs que nous défendons, celles qui ont structuré le projet du « Lieu commun ».

LLC : Des bruits circulent parmi tes détracteurs. Selon eux, la paramécie, en tant que représentante illustre de la famille des protozoaires, est le symbole de maladies peu recommandables. Qu’en penses-tu ?
V. : Il y a deux choses dans ta question.

Premièrement, j’ai toujours rêvé d’avoir des détracteurs, c’est une sorte de consécration. Ça et être invité chez Michel Drucker. Cela dit, je préfère le violet au rouge. Il faudrait qu’il change la déco, ça risque de poser problème. Tu pourrais lui en toucher un mot pour tâter le terrain ?

Et deuxièmement, je n’en sais rien, je n’erre jamais au zoo.

LLC : Merci Vincent. Bonne chance avec Drucker.

* Le prénom n’a pas été changé

Cet article a été publié pour la première fois lors de notre campagne de financement participatif. Dans la plus pure tradition du storytelling à la française, nous avions décidé de raconter tout ce qui nous a amené à l »ouverture du Lieu Commun.

Le problème lorsque l’on créé des choses, c’est qu’il faut les nommer. Cela offre des avantages certains pour vivre ensemble, entre êtres doués de langage, mais c’est quand même sacrément compliqué.

Avant d’arriver à « Le Lieu Commun », il s’est passé un tas de choses. Je vous propose de survoler rapidement l’enchaînement des événements qui ont donné naissance au Lieu Commun.

Octobre 2013.

Après avoir rendu visite à nos voisins lillois (La Coroutine et Mutualab), un orage s’abat sur la ville.

Nous nous abritons dans la première taverne qui croise notre route (oui je suis en pleine lecture d’un roman d’aventure médiévale, ça déteint). S’en suit alors une discussion animée à propos du nom de notre projet, elle durera jusqu’au retour à Calais.

Les propositions fusent, les alliances se forment et se déforment. Les voix s’élèvent, la tension monte, jusqu’à ce que le nain, excédé par une énième remarque de l’elfe, sorte sa hache… Ah non pardon, c’est pas ça.

Les propositions fusent, les alliances se forment et se déforment. Un nombre insensé de propositions ont été faites, chacune argumentée, défendue avec la passion que l’on prête aux oracles : de « La Galère » à « L’Escale » en passant par « Le Colabo » ou « La Récré »… mais aucun accord ne fut trouvé.

Le temps est passé, nous nous sommes concentrés sur d’autres tâches, jusqu’au jour où l’urgence nous a rattrapé : il nous fallait un nom !

Ayant dormi dessus pendant 6 mois, nous avions les idées plus claires.
Puisque les duels sont interdits en France depuis le XVIIe siècle, nous avons opté pour le vote.

Les résultats du vote, organisé par courriel, sont connus moins de 24h après l’ouverture du scrutin :

  • L’Espace C : 1 voix
  • La Mine : 1 voix
  • Le Lieu Commun : 3 voix (et 1 miaou du chat de Vincent)

 

Un chat rêve dun poisson
Le chat de Vincent se voit déjà partager un énorme lieu avec son maître

Le 10 avril 2014, le projet de coworking calaisien est baptisé, ce sera « Le Lieu Commun ». Les 4 jours suivants furent consacrés à une liesse populaire, comme la tradition l’exige.

Les arguments des défenseurs du nom « Le Lieu Commun » ont été tellement percutants (au sens figuré, personne n’a été blessé pendant ce vote) que je me dois de les partager avec vous.

Notre objectif étant de créer un bien commun, la présence du mot « commun » apparaît comme une évidence.

Cette réflexion nous amena rapidement à l’expression « lieu commun ».

Nous avons pris en pitié ces pauvres mots, au sens si noble, jetés à la vindicte populaire, et nous nous sommes investis d’une mission, les réhabiliter :
« Le Lieu Commun », ne sera plus jamais un poncif, une banalité que l’on lance pour masquer son manque de réflexion.
« Le Lieu Commun » sera un lieu de vie, ouvert à tous, où la collaboration est une chance et où les esprits s’élèvent.

Voilà, vous savez tout ou presque sur le nom du coworking. La prochaine fois, je vous raconterai la formidable histoire de notre logo.

Merci de votre soutien, criez-le sur les toits (pas la nuit, les gens dorment), parlez-en à vos amis tout ça.

Merci bisous.